L’oiseau moqueur

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31 août 2019

    […] ces impressions. Après Bad shave, Stephen Jones sortit dans la foulée l’excellent Fatherhood puis The happiest man alive (1996 – que je ne connais pas) avant de décrocher un contrat […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Analytics Plugin created by Web Hosting