L’esthète et ses mystères

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12 février 2011

    […] rapidement poursuivre sa quête de son côté. Eric Matthews fit paraître dès 1995 le génial It’s heavy in here puis deux ans plus tard le non moins magnifique The lateness of the hour. Après une longue […]

  2. 22 octobre 2019

    […] dans des productions de haute volée, jouant les hommes de l’ombre sur le fantastique It’s heavy in here d’Eric Matthews ou sur le premier album de Brendan Benson. Il finit enfin par décrocher […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *