Les griffes de la nuit

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 13 juin 2018

    […] d’un album effectivement grand ouvert sur le dehors. Les formidables chansons d’ Hypernuit semblaient souvent coupées dans un manteau d’hiver ; on y voyait la neige, la boue collée […]

  2. 28 avril 2020

    […] ce morceau dans ces pages : « Bertrand Belin inscrit ce déjà classique Hypernuit, extrait de son album du même nom, dans le décor inquiétant d’une campagne sombre et mystérieuse. Là, les ombres sont hostiles, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *