L’étoile noire

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Lucas dit :

    Joli 🙂
    Je savais que ça allait être bon, c’est exactement ça ; je me replonge dedans illico.
    Nightswimming est vraiment splendide.

  1. 2 juillet 2017

    […] de quoi rassurer. Le groupe avait déjà choisi de renouer avec des sonorités plus rock après Automatic for the people pour livrer Monster en 1994, et le résultat s’était révélé plutôt mitigé. Le choix du […]

  2. 15 août 2019

    […] à ce disque de fin de parcours et, un peu à l’image de ce que fit R.E.M. après son sommet Automatic for the people avec le très rock Monster, Morrissey change complètement son fusil d’épaule et déboule […]

  3. 15 août 2019

    […] Avec ce disque-là, sans doute un des plus bouleversants que je connaisse, Chesnutt réussit son coup de maître. Enfin placé dans des conditions d’enregistrement confortables et assisté d’une production lumineuse, il aligne ici 13 chansons magnifiques, graves et étincelantes. Fidèle à son style mêlant country, folk et blues, Vic Chesnutt gagne ici en ampleur et en profondeur de champ. Chaque note occupe l’espace comme jamais, chaque accord tombe au plus juste. Comme touché par la grâce, l’ange déchu Chesnutt atteint ici les sommets d’un Neil Young ou de R.E.M. sur leur grandiose et crépusculaire Automatic for the people. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *