De beaux lendemains

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18 mars 2017

    […] de Tim Buckley annonçait – comme je l’écrivais il y a déjà presque deux ans – de beaux lendemains, tant il portait en germes de vibrantes promesses sous ses airs encore verts. Dans la fébrilité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Analytics Plugin created by Web Hosting