Hors d’âge

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 24 octobre 2011

    […] un peu à la manière – quoique dans un registre assez différent – du Beck de One foot in the grave. Emplis d’une fierté élégante et féline et porteurs d’une colère d’autant […]

  2. 10 décembre 2011

    […] et coupante, qui impose le silence autour d’elle. Comme d’autres avant elle (du Beck de One foot in the grave à l’intouchable premier album des Palace Brothers), Alela Diane incarne la vitalité […]

  3. 5 mai 2012

    […] in the hands »), du blues (on pense parfois à la rusticité radicale du Beck de One foot in the grave) et du folk américain teinté de psychédélisme, le tout irrigué par d’autres affluents […]

  4. 23 mai 2015

    […] Mellow gold (1994) et la bombe « Loser », puis l’exceptionnel One foot in the grave (1994), nous étions quelques-uns en 1996 à attendre impatiemment la suite des aventures du […]

  5. 26 septembre 2015

    […] renouer avec ses influences blues, folk et country, celles qui irriguaient déjà le formidable One foot in the grave. Mais Mutations délaisse la rusticité nue pour une sorte de classicisme tranquille. L’album […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Analytics Plugin created by Web Hosting