Libre penseur

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 30 avril 2016

    […] un chef-d’œuvre authentifié (Liberation) suivi d’un excellent disque (Promenade), Neil Hannon allait traverser une sévère période […]

  2. 15 août 2019

    […] an à peine après l’exceptionnel Liberation, l’Irlandais Neil Hannon, singleton génial sous le nom de Divine Comedy, laissait de nouveau […]

  3. 16 août 2019

    […] oublié que l’Irlandais était encore actif et si son triptyque majeur des années 1993-1996 (Liberation, Promenade, Casanova) tournait encore fréquemment sur ma platine, j’étais joyeusement […]

  4. 2 février 2021

    […] haute altitude, et seule la relecture du Timewatching un brin solennel figurant sur son intouchable Liberation s’avère peut-être un poil plus dispensable. Hannon soigne son entrée en scène avec […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *